Écrit par Bookiply Team
Le marché de la location saisonnière en temps de crise: résilience et reprise

La propagation du coronavirus (SRAS-CoV-2 / COVID-19) n’est pas la première crise sanitaire mondiale à laquelle nous devons faire face, mais celle-ci est d’une ampleur qui est pour l’heure difficile à évaluer. Le secteur du tourisme en particulier, qui comprend l’industrie de la location de vacances, souffre de la situation actuelle. Avec l’isolement, la fermeture des frontières et les interdictions de voyager à l’étranger, c’est une période difficile pour nous tous. Aujourd’hui, la solidarité et l’attention mutuelle sont de la plus haute importance.

Après avoir examiné nos propres données, nous avons pensé qu’il était tout aussi important de vous donner des informations potentiellement surprenantes mais pourtant optimistes pendant cette période difficile. Bien qu’en ce moment les annulations soient nombreuses et le moral bas, il y a des jeunes générations qui profitent des vols bon marché pour planifier leurs prochaines vacances et nous avons toutes les raisons de croire que le marché va rebondir de façon importante après cette crise. Tout comme il l’a fait après les crises précédentes.

Résilience: oui, certaines personnes sont en train de planifier leurs vacances

Bien que les voyages prévus pour les prochaines semaines et, dans certains cas, les prochains mois soient annulés à grande échelle, certains voyageurs ont organisé leurs prochaines vacances. Que ce soit en raison du temps supplémentaire dont ils disposent, des prix réduits sur les vols ou de l’envie d’aller quelque part (n’importe où !) en dehors de leur domicile verrouillé, de nombreux voyageurs sont en mode “planification de vacances”.

Alcuni Quelques tendances en particulier :

– Les “millenials”, en particulier, ont tout de suite flairé l’opportunité de profiter de vols extrêmement bon marché.

– De plus en plus de vacances sont planifiées avec moins d’avance. Au lieu de réserver 30 ou 60 jours avant le départ, les réservations se font quelques jours avant.

– Pour les voyages prévus dans les mois à venir, les destinations « en voiture » sont plus populaires que les destinations « en avion ». Cela est probablement dû aux interdictions de voyager et au fait que dans certains pays, les voyages intérieurs, bien que non encouragés, ne sont pas strictement interdits.

– Les destinations côtières et rurales connaissent une demande plus importante que les destinations urbaines. Cela est probablement lié à la crainte d’une infection dans les populations plus denses ainsi qu’au besoin d’échapper à l’isolement dans un paysage naturel.

Recherches internationales du moteur de recherche Holidu mesurées le 18 mars 2020 pour les destinations de voyage en Europe.

L’Allemagne, où le voyage est profondément ancré dans la culture, affiche même une forte demande de destinations de vacances – surtout nationales :

A gauche : L’Allemagne recherche les destinations nationales (vert) par rapport aux destinations internationales (bleu). Le pic se situe pendant la pire semaine du Coronavirus en Allemagne (du 13 au 20 mars).
A droite : Carte thermique des destinations des recherches nationales.

Le redressement : L’ascension rapide après la chute

« L’un des principaux enseignements tirés de nos données est que les gens, qui n’ont été enfermés que quelques jours, ont déjà des envies de voyage. Dès que les interdictions de voyager seront levées et que les choses se calmeront un peu, nous pouvons nous attendre à des augmentations considérables ».

(Ellen, analyste de données chez Bookiply)

Pour être clair, malgré ce comportement de recherche, l’industrie du tourisme connaît un ralentissement important. Cependant, il y a de bonnes raisons de croire que le marché – en particulier pour les maisons de vacances – se redressera bien et en sortira encore plus fort. Voici trois raisons principales pour lesquelles les locations de vacances vont rebondir de manière importante.

Nombre d’arrivées de touristes internationaux dans le monde de 1996 à 2018 (en millions). Notez les deux reprises après les crises de 2001 et 2008. (Statista, 18.03.2020)

1. Le tourisme reste généralement une mégatendance

Une mégatendance est une tendance qui persiste pendant plusieurs décennies et qui influence de manière significative tous les domaines de la vie. Le graphique ci-dessus montre la forte évolution du nombre de touristes au cours des 25 dernières années, avec une augmentation de près d’un milliard de touristes entre 1996 et 2018. Favorisé par la mondialisation, il n’y a pas de rupture prévisible de cette tendance, ce qui signifie que le nombre de touristes continuera très probablement à augmenter après la fin de la crise.

2. Leçon de l’histoire : Une chute rapide, une reprise encore plus rapide

Des catastrophes telles que le 11 septembre 2001 et la crise financière mondiale de 2008 ont également entraîné une forte baisse de la demande et des revers importants dans le secteur du voyage (voir graphique). Certains voyageurs craignaient de prendre l’avion, tandis que d’autres n’avaient pas les ressources financières nécessaires pour voyager aussi souvent ou aussi loin qu’ils le souhaitaient. Toutefois, les chiffres confirment ce que nous espérons et attendons tous après la crise de Corona : une reprise forte et rapide. Après tout, qu’est-ce que les gens pourraient vouloir de plus que de faire une pause après des temps difficiles ?

3. La position privilégiée des maisons de vacances

Les locations de vacances résistent beaucoup mieux à la crise que d’autres types d’hébergement tels que les hôtels, les motels, les chambres d’hôtes ou les bateaux de croisière. Par conséquent, ils sont encore les moins touchés par la pandémie actuelle et sont donc les plus résistants.

Plusieurs raisons expliquent leur avantage dans cette crise. Premièrement, en raison de la nature plus personnelle et plus privée d’une maison de location, il y a moins de points de contact avec d’autres personnes. Au lieu de séjourner dans un hôtel de plusieurs centaines d’occupants, les clients restent avec leur famille, avec quelques amis ou avec leur partenaire. Pendant et directement après une période de contagion, cela présente des avantages évidents.

En outre, les locations de vacances sont souvent situées dans des endroits plus éloignés ou plus ruraux. Elles bénéficient donc de la tendance au comportement de recherche appelé « évasion urbaine », où les voyageurs cherchent à fuir les villes et le virus pour se rendre dans des zones plus ouvertes et plus pittoresques.

Le marché de la location de vacances est en outre un marché très localisé, ce qui signifie qu’il n’existe pas de chaîne internationale dominante dont le crash pourrait avoir des répercussions négatives sur les petits fragments du marché. Les marchés locaux qui souffrent le plus sont ceux des régions où se trouvent les plus grandes épidémies de COVID-19. Cela signifie que certaines régions peuvent encore être rentables alors que d’autres souffrent.


COVID-19 continuera de poser un défi au monde globalisé – aucun d’entre nous ne restera épargné. Toutefois, si l’on se réfère à nos données et aux leçons tirées des crises passées, il y a des raisons d’espérer un avenir encore plus solide. Le tourisme et le secteur de la location de vacances en particulier se redresseront et prospéreront.